top of page
  • Emmanuelle Coratti

MELANIE VAUTHEROT DIRECTRICE DU DEVELOPPEMENT DE FEMMES DES TERRITOIRES

Femmes des Territoires est un réseau digital et physique d'entraide à l'entrepreneuriat féminin. Né en 2019, il organise plus de 500 événements par an et ouvre une vingtaine d'antennes locales chaque année. Comment est-il né ? Comment et pourquoi les femmes entreprennent-elles dans les territoires ? Que révèle le succès de ce réseau sur les besoins des entrepreneuses des territoires ? Réponse avec Mélanie Vautherot dans cet interview et lors de notre table ronde des Rencontres Nationales du Retour à la Terre et de l'avenir des Territoires le 20 février prochain à Angers, avec Emilie Besson, membre du CA de Femmes des Territoires.







Racontes-nous la genèse du projet de Femmes des Territoires !


En 2014, Marie Eloy arrive en Bretagne dans petit village, et veut mettre ses enfants à l’école Montessori mais ne trouve pas d’établissement. Maman solo, au RSA, elle entreprend alors par nécessité et arrive à créer avec d’autres femmes une école en mettant des compétences en commun . Forte de ce constat de la plus-value de l’entraide et la complémentarité de compétences,  elle va créer une plateforme digitale permettant d’exprimer des besoins pour les créatrices d’entreprises qui ont besoin d’aide. Elle réalise que les femmes ont du mal à réseauter mais en ont vraiment besoin, notamment en ruralité où elles sont assez isolées. Elle lance alors la plateforme, Femmes de Bretagne qui propose rencontres, coups de pouce, ateliers en ligne ainsi que des antennes locales de proximité. Céline André aujourd’hui déléguée générale de l’association Femmes de territoires est l’une de ses premières collaboratrices. Elles organisent 500 événements par an, qui répondent à des besoins non couverts : permettre aux femmes  de se parler, de créer des synergies et d’avoir des informations sur l’accompagnement et le financement. Les entrepreneuses qui rejoignent le réseau sont principalement de très petites entreprises, le concept prend très bien. Marie et Céline candidatent en 2019 à l’accélérateur de la fondation entreprendre et sont lauréates. Femmes de Bretagne et la Fondation Entreprendre co-fondent alors Femmes des Territoires avec l’ouverture de 50 antennes locales depuis, 580 événements par an en France et un réseau de 2000 adhérentes, pour beaucoup en dehors des grands centres urbains, car c’est justement en ruralité que les réseaux manquent le plus. Pour beaucoup c’est une difficulté. Les réseaux existants ne répondent pas aux attentes en terme de lieux, d’horaires et les femmes n’ont pas vraiment de choix… 


Comment articules-tu les notions de  « femmes » et de « territoires » ? 


Le lien est très important. L’idée est de leur proposer via notre projet en digital et en présentiel le réseau là où elles sont, à moins de 30 minutes de chez elles, pour pouvoir y participer activement.  Dans les profils, il y a beaucoup de reconversions (pour plein de raisons : accidents, choix d’engagement, reconversion professionnelle, choix d’émancipation) et parfois dans la reconversion, elles ne trouvent pas d’emploi qui leur correspondent. Entreprendre est alors une solution pour rester  là où elles sont ou bien alors pour créer une activité là où elles ont envie d’aller vivre. Beaucoup à l’instar de Maire Eloy qui était journaliste, quittent la métropole pour la rase campagne. Trouver un emploi revient souvent à le créer. L’entrepreneuriat pour ces femmes c’est alors allier une envie de vivre où  elles  le veulent ; avoir un job qui leur correspond, qui a plus de sens et dont l’activité s’articule plus facilement avec la vie de femme. 


Quelles sont les caractéristiques de ces femmes entrepreneurs ?


Les motivations pour entreprendre sont à peu près les mêmes pour hommes et femmes mais l’ordre de priorité est différent. Un entrepreneur sur 4 entreprend pour créer son emploi, mais il y a aussi la question du sens, de l’autonomie, de la flexibilité. Les femmes sont principalement motivées par la souplesse de l’organisation mais aussi de pouvoir participer à un projet qui corresponde à leur valeur et aux besoins de leur territoire. 

La façon d’entreprendre n’est pas tout à fait la même. Les femmes ont peu le modèle d’ultra croissance, entreprennent majoritairement seules ou en micro entreprise voire en autoentrepreneur. Ce sont avant tout des projets de sens et de territoire. Elles veulent être ancrées, comprendre le besoin de leur territoire et faire du lien avec d’autres personnes même si c’est justement un peu difficile pour elles, d’où notre réseau d'entraide pour et par les porteuses de projet et les entrepreneures d’entraide. 


Que permet ce réseau entre femmes ? Qu’apporte-t-il de spécifique ?


Nous sommes un réseau d’entraide à l’entrepreneuriat. Les rencontres leur permettent de se rencontrer, de partager en toute authenticité. Ce sont ces valeurs fortes, d'authenticité, d'entraide et de partage, qui fédèrent les adhérentes, les bénévoles, l'équipe et les partenaires de notre association. L'enjeu des porteuses de projet et des entrepreneures en démarrage d'activité qui rejoignent Femmes des Territoires, n'est pas, en première intention, de développer sa clientèle et de se mettre en avant , mais ces espaces en non mixité offrent autre chose que d’autres réseaux qui ont aussi leur utilité mais ont d’autres vocations. Nos adhérentes sont particulièrement seules lorsqu’elles nous rejoignent, n’ont pas forcément d’expérience, et recherchent avant tout soutien, information et orientation. Nous pouvons les orienter vers l’accompagnement au financement. Elles sont globalement beaucoup moins sensibilisées à l’entrepreneuriat et , ont souvent moins confiance en leur capacité à entreprendre et à gérer une entreprise.  


Quelles seraient tes propositions pour favoriser l’entrepreneuriat des femmes dans les territoires ?


La première serait de sensibiliser ces femmes et elles et ceux qui les entourent, aux réalités de l’entrepreneuriat des femmes et aux leviers actionnables. Nos dispositifs ne s’adressent pas qu’à des start upeuses mais bien à des entrepreneuses du quotidien, qui sont souvent invisibles dans les medias. C’est aussi pour cela que nous allons faire des portraits. On nous demande souvent de partager des success stories mais pour une success story, il y a des milliers de femmes entrepreneuses du quotidien qui créent des entreprises et des emplois,  et qui contribuent activement à la dynamisation des territoires. On ne les voit pas dans les medias or ce sont elles qui auraient besoin d'être mises en lumière pour inspirer d'autres créatrices  et futures créatrices d'entreprise.. L'accompagnement au bon dimensionnement de leurs projets entrepreneuriat est aussi un enjeu majeur, afin de leur permettre de vivre de leur activité et de renforcer leur impact sur la société et l'économie, partout en France. Il y a donc tout un enjeu de sensibilisation des femmes et de leur écosystème. 

Au-delà de ces sensibilisations, le développement de l’entrepreneuriat des femmes dans les territoires passe par le financement des structures d’accompagnement Cependant, c'est encore une difficulté pour nous de faire financer et de valoriser nos actions tant au titre du développement économique et de l'entrepreneuriat que de l'égalité Femmes-Hommes. Nous ne pouvons pas proposer plus de 500 évènements par an, ouvrir 20 nouvelles antennes locales chaque année, animer plus de 100 bénévoles, développer une plateforme collaborative nationale et un MOOC .. avec une adhésion à 60€ par an (30€ pour les bénéficiaires des minima sociaux) sans un engagement fort et durable des institutions et de partenaires privés. 1 entreprise sur 3 est créée par une femme, ces chiffres progressent chaque année mais nous sommes encore loin de la parité !


Quel est l’intérêt de ces femmes pour les territoires ?


Beaucoup de ces femmes créent des tiers lieux qui animeront les territoires, des activités de services, s’investissent bénévolement sur le territoire, y créent de l’activité, de la solidarité.  Elles peuvent aussi créer des opportunités en suivant  leur conjoint.e ce qui leur permet de rester et d’ancrer la famille dans un territoire. Il y a donc un véritable enjeu économique et d’attractivité pour les territoires. Des enjeux de pérennisation d’activités, d’égalité, de réduction du chômage. Par ailleurs les projets de ces femmes sont très souvent engagées socialement, et environnementalement. Il y a un véritable impact !


As-tu un autre message à faire passer ?


Notre réseau est très ouvert, dans sa mission, il crée des synergies sur les territoires avec les écosystèmes locaux. Créer du lien localement est très important. C’est seulement ainsi que nous pourrons relever le défi de l’impact dans les territoires, avec des approches collectives. Il est important à l’échelle d’un territoire de bien se connaître entre acteurs, de réfléchir ensemble et de mener des actions qui répondent aux besoins des territoires. La création de valeur ne peut se faire que dans la complémentarité.  



131 vues0 commentaire
bottom of page